108208-entree-secondaire-inquiete-bien-parents

Une question de confiance?

Qu’est-ce qui peut mettre votre enfant en confiance afin d’effectuer son passage au secondaire avec le moins de répercussions possible? Plusieurs changements importants sont en cours à cette période. Ils peuvent être d’ordre physiologique, psychologique, social et environnemental. D’où l’importance pour les parents de les soutenir dans cette transition afin de cibler de nouveaux repères et de préparer le jeune à ce nouveau défi exigeant. Au fait, comment y arriver? En faisant en sorte que cette situation préoccupante devienne une expérience intéressante tout en mobilisant les ressources nécessaires. Certes, cela aura un impact positif sur la persévérance et la réussite scolaire de votre jeune.

Impacts

Rupture des liens sociaux, plus grand isolement, plus grande anxiété de performance, diminution du rendement scolaire, déclin de l’intérêt pour les matières scolaires, attitude moins positive envers l’école et le personnel enseignant, diminution de l’estime de soi ne sont que quelques effets connus, mais dont l’intensité fluctue, selon la perception des jeunes envers ce milieu quasi inconnu.

Facteurs de risque

D’autres facteurs de risque peuvent aggraver ces effets : au niveau scolaire; les retards ou les troubles d’apprentissage, la grandeur de l’école, les relations entretenues avec les divers enseignants, etc. Maintenant, sur le plan familial, un soutien parental inadéquat ou limité de même qu’un climat familial difficile ne faciliteront pas la transition au même titre qu’un style parental autoritaire ou permissif.

Évidemment, l’élève en soi peut aussi présenter des facteurs de risque importants : une faible estime de soi, une détresse psychologique, une motivation insuffisante, un manque d’engagement, des difficultés d’adaptation et d’intégration, etc. Il importe véritablement de diminuer les inquiétudes afin qu’elles ne prennent pas le dessus sur les apprentissages scolaires et sociaux des adolescents.

Solutions

Quoi faire alors pour diminuer le risque de provoquer des effets néfastes apportant des conséquences à court, moyen et long terme? Adopter une attitude positive, développer et entretenir des relations de collaboration avec le personnel des services éducatifs complémentaires, être informés des différents choix de cours offerts aux élèves et des trajectoires scolaires pouvant mener au marché du travail, élaborer des moyens de communication attrayants et variés pour être au courant des dernières ressources, etc. Si vous prenez le temps d’aller visiter l’école secondaire pendant les journées portes ouvertes, souvent planifiées à l’automne, poser des questions et vous assurer de bien comprendre le fonctionnement et les services proposés, ces quelques attentions susciteront davantage l’intérêt des jeunes. Faisant preuve d’ouverture dans ses choix, la curiosité l’emportera sur le reste et vous verrez que la transition en sera que plus stimulante et divertissante.

Je vous invite aussi à aller visiter les sites suivants :

  • http://www.successcolaire.ca/blogue/5-trucs-pour-faciliter-lentree-au-secondaire/
  • http://carrefour-education.qc.ca/guides_thematiques/%C3%AAtes-vous_pr%C3%AAt_pour_la_rentr%C3%A9e
  • http://www.csmv.qc.ca/secondaire/espace-ados/prepare-ta-rentree-au-secondaire/
  • http://jeunessejecoute.ca/Teens/InfoBooth/School/Starting-High-School.aspx

Merci et à bientôt!

Si vous avez d’autres trucs à partager sur la transition du primaire au secondaire, surtout n’hésitez pas à commenter 🙂

Marie-Anne Lachance